Hoëdic, l’île aux fleurs

Le voyage, à titre personnel, s’apparente souvent à la découverte des îles. Aujourd’hui je vous emmène sur Hoëdic

J’ai quitté l’île de Houat dans une purée de pois sur le Melvan pour rejoindre ce nouveau havre.  » Contre vents et marées » . La brume s’est dissipée,  les côtes de ce petit rocher baignées par la mer  » Mor Braz » de 800 mètres de large sur un peu plus de 2,5 km de long se profilent. …Encore quelques minutes et je débarquerai au port de l’Argol tout proche de l’île de Houat.  A peine 5 kilomètres séparent ces deux îles.

Nous sommes peu nombreux sur le bateau pour rejoindre l’île parmi les chariots et les paquets à destination des îliens, les hoëdicais. En hiver et jusqu’au début du printemps, en fin de journée  ces paquets seront remplacés par les sacs de coquilles Saint Jacques par la dernière navette à destination du « continent ».

La première chose que j’aperçois en remontant la route qui conduit au bourg c’est un canot, vestige du passé de cette île où en 1904 il a été décidé de la création d’une station de sauvetage.

En traversant le bourg mon regard est attiré par plusieurs photos accrochées sur certaines façades, Hoëdic participe à la quatrième édition d’Escales Photos   » Le Ciel du Mor Bras », exposition de Laurent Laveder, une belle surprise pour ce petit bourg qui  compte un peu plus d’une centaine d’âmes en hiver en période estivale c’est une autre affaire …

Les maisons chaulées serrées les unes contre les autres ne manquent pas de charme, des roses trémières apportent une note colorée supplémentaire avec les volets bleus qui ornent les façades des habitations.

Je pose mes bagages à l’hôtel des Cardinaux, un hôtel atypique je m’y sens bien tout de suite. Le bar  avec son piano et son long comptoir en bois, les chaises bistrot, sa banquette en Skai  rouge  , un coin cosy façon Old England au bout du couloir avec ses fauteuils club, un billard de quoi s’occuper pendant les longues soirées d’hiver. Des meubles anciens  chinés par le propriétaire des lieux , Hugo Bertrand, et divers objets participent à donner aux lieux une ambiance particulière. Je n’ai pas l’impression d’être dans un hôtel mais plutôt dans une maison de famille. Côté restauration c’est un régal bien sûr il ne faut pas être exigeant au niveau du choix les denrées sur une île s’épuisent vite , le chef sait rester à l’écoute des clients c’est rare …

Les hoëdicais sont des îliens accueillants, j’ai croisé à plusieurs reprises  les mêmes , conversé avec eux, tout le monde se salue sur l’île. Le point de ralliement sur ce bout de terre c’est le bistrot de Jeanne  « la Trinquette » on vient y chercher son courrier, acheter son journal et à l’occasion boire un café , un p’tit blanc ou une mousse, c’est très convivial.

De longues plages de sable fin,  des rochers découpés, la lande, des prairies entretenues par les quelques brebis de l’île, les Landes de Bretagne, des dunes avec une végétation variée, on y retrouve l’œillet des dunes,  le liseron, des linaires, crambes, silènes, lagures, panicauts, roseaux dans la  partie sud-ouest de l’île  » Grand Étang », ajoncs, fougères.

Le port de l’Argol et à l’opposé le port de la Croix accueillent les bateaux au mouillage.

Je commence à m’attacher à cette petite île, mais il est temps de repartir vers d’autres horizons …

Photos & Texte © Strange Jazzy Photographies

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s